Les rapports sexuels peuvent prendre différentes formes qui varient avec l’expérience, les fantasmes, les craintes, les désirs, les partenaires. Beaucoup de normes et de tabous pèsent et restreignent la sexualité et nos imaginaires. Pourtant, aucune envie, ni aucun fantasme n’est anormal·e . La limite, c’est le consentement de tou·te·s les partenaires et la loi.

Y a-t-il des pratiques sexuelles normales ?

Le porno, les réseaux sociaux, les lectures te parlent sûrement de nombreuses pratiques (pénétration, sodomie, fellation, rapports multiples, avec des objets…) comme si chacune et chacun devaient les pratiquer sans problème, sous peine d’être considéré·e comme coincé·e.

Faire l’amour n’est pas un compétition. Te sentir bien, échanger sur ce que tu aimes faire et ce dont tu n’as pas envie est important.

La même pratique, par exemple une pénétration vaginale ou une fellation, pourra être agréable ou excitante pour une personne et désagréable ou dégoûtante pour une autre ou avec un·e autre partenaire.

Faut-il faire des préliminaires ?

On a souvent l’image qu’un rapport sexuel c’est : caresses, pénétration, orgasme.

Tu as sans doute déjà entendu le mot « préliminaires ». Contrairement à ce qu’on dit, les caresses, la fellation, le cunnilingus n’ont pas forcément lieu uniquement au début du rapport. Et ils ne sont pas obligatoirement suivis d’une pénétration vaginale ou anale.

Le plaisir est aussi lié à l’écoute de ton corps, de celui de l’autre et au respect du consentement de chacun·e.

La montée de l’excitation est parfois très rapide. Elle peut être plus lente et avoir besoin de gestes, de mots ou d’images. On dit que les filles ont besoin de plus de temps pour être excitées. Ce n’est pas toujours le cas.

En réalité, les pratiques sexuelles sont variées

La pénétration vaginale

C’est la pénétration du vagin. Elle peut être faite par le pénis, les doigts ou un jouet sexuel. Toi ou ta·on partenaire, vous pouvez ne pas avoir envie de pénétration lors de chaque relation sexuelle, cela dépend des moments, des partenaires etc…

La masturbation ou “branler”, “caresser”, “doigter”, …

La masturbation n’est pas uniquement une pratique solitaire. Elle se pratique aussi à deux. Tu peux te masturber devant ta·on partenaire, ou l’inverse. Vous pouvez aussi vous masturber l’un·e l’autre, avec des doigts, mains ou sextoys.

Le sexe oral ou “la pipe” et “le cunni”

Le sexe oral consiste à donner du plaisir avec sa bouche, ses lèvres et/ou sa langue. La fellation stimule le pénis. Le cunnilingus stimule la vulve et le clitoris. L’anulingus stimule l’anus.

Avec le sexe oral, il n’y a pas de risque de grossesse. En revanche, on ne le sait pas forcément mais  il y a aussi des risques d’infections sexuellement transmissibles. Il peut être préférable de se protéger avec un préservatif ou, pour le cunnilingus et l’anulingus, un préservatif de bouche.

La sodomie

La sodomie, c’est la pénétration de l’anus avec le sexe, un doigt ou un jouet sexuel. Si tu as envie de cette pratique, vas-y doucement car l’anus est peu lubrifié, même avec l’excitation. Si tu veux éviter des douleurs à la pénétration il est conseillé de dilater/détendre progressivement l’anus en utilisant du lubrifiant.

Cette pratique est très à risque de contamination du VIH, il est préférable d’utiliser un préservatif, sauf si toi et ton·a partenaire êtes dépisté·e·s.

Le sado-masochisme et BDSM

Bondage, domination, soumission, sado-masochisme, ce sont des jeux sexuels entre partenaires consentants. Tu peux par exemple avoir envie de fesser ou d’être fessé·e, de contraindre ou d’être constraint·e, d’être attaché·e ou d’attacher, de jouer à dominer ou encore à être soumis·e.

Le sexe à plusieurs ou “la partouze”

Tu peux ressentir de l’excitation et du plaisir à pratiquer du sexe à plusieurs, ou à côté d’autres personnes qui ont une relation sexuelle, que tu sois en couple ou pas. Si tout le monde est consentant, pas de problème. Pour éviter les risques de transmission d’IST, il est important de changer de protection pour chaque partenaire.


Tes questions

Est-ce que je dois me protéger, même la première fois ?

OUI. Être vierge ou puceau ne protège pas des IST (infections sexuellement transmissibles), et une fille peut tomber enceinte dès son premier rapport. Il faut…

OUI. Être vierge ou puceau ne protège pas des IST (infections sexuellement transmissibles), et une fille peut tomber enceinte dès son premier rapport. Il faut donc réfléchir au mode de protection qui te paraît le plus efficace, le plus pratique, le plus adapté.
Il n’y a que le préservatif (interne ou externe) qui protège à la fois des grossesses et des IST. Tous les autres moyens de contraception (pilule, implant, anneau, etc.) ne protègent pas des IST.
Si vous ne souhaitez pas utiliser de préservatif, vous devez aller tous les deux dans un centre de dépistage pour vérifier qu’aucun des deux n’est porteur d’une IST.
Tu peux en parler avec un médecin ou te renseigner auprès d’un centre de planning familial.

Mon copain trouve que je suis coincée parce que je ne fais pas certaines choses comme dans les films.

Aujourd’hui, différentes positions ou pratiques sexuelles sont connues par la diffusion de films pornographiques. Attention, c’est du cinéma. Dans la réalité, une relation sexuelle satisfaisante…

Aujourd’hui, différentes positions ou pratiques sexuelles sont connues par la diffusion de films pornographiques. Attention, c’est du cinéma. Dans la réalité, une relation sexuelle satisfaisante est obtenue en recherchant le plaisir et l’épanouissement personnel. Si tu te sens gênée par ses pratiques ou qu’elles te sont douloureuses, tu n’es pas obligée de les accepter. Propose donc à ton copain des choses qui te font envie. S’il te voit excitée, il en tirera lui aussi du plaisir. Dans une relation à deux, chacun doit pouvoir exprimer ce qui lui est acceptable et agréable.

Nous avons utilisé un préservatif, mais mon copain ne l’a pas mis au début de la pénétration car il avait peur de débander. Y a-t-il un risque de grossesse ?

Vous avez utilisé un préservatif mais pas au début de votre rapport, on ne peut donc pas écarter le risque de grossesse, même s’il est…

Vous avez utilisé un préservatif mais pas au début de votre rapport, on ne peut donc pas écarter le risque de grossesse, même s’il est faible. En effet, pendant l’érection et avant l’éjaculation, et sans que le garçon puisse le contrôler, une goutte transparente de liquide séminal sort du pénis, dans laquelle se trouvent des spermatozoïdes. Tu peux prendre une contraception d’urgence et contacter une conseillère au numéro vert 0800 08 11 11 pour plus d’infos.