Psychologique, économique, verbale, physique, numérique ou sexuelle… La violence prend différentes formes. Elle est parfois évidente quand la victime est couverte de bosses et de bleus ; parfois plus insidieuse. Elle peut se cacher là où on l’attend le moins, en famille ou dans un couple par exemple. Elle n’est jamais acceptable.

Les violences sexuelles

L’agression sexuelle est toute atteinte sexuelle sans pénétration commise sur une victime avec violence, contrainte, menace ou surprise. Par exemple, des attouchements. S’il y a eu pénétration quelle qu’elle soit, il s’agit d’un viol.

Pour qu’il y ait agression sexuelle, un contact physique est nécessaire entre l’auteur et la victime. Il peut aussi avoir agression sexuelle commise par surprise si l’auteur agit alors que la victime ne s’y attend pas. Par exemple, dans la foule au sein des transports publics.Il y a agression si l’auteur n’a pas obtenu le consentement clair et explicite de la victime.

Que faire en cas d’agression sexuelle ou viol ?

Si possible, essaye de voir un·e médecin qui pourra constater un état physique ou/et psychologique et établir un certificat médical. Si besoin, il·elle pourra également te prescrire les premiers traitements ou soins.

Tu n’es pas obligé·e de consulter ton·ta médecin traitant, tu peux te rendre dans un centre de planification ou un hôpital.

En cas d’agression sexuelle, tu peux porter plainte dans un commissariat ou une gendarmerie.

Si tu as besoin de conseils ou de soutien, voici quelques structures que tu peux contacter :

  • Aides aux victimes, appel gratuit ou mail au 116 006 ou victimes@france-victimes.fr
  • Violence Femmes au 3919 (appel gratuit et anonyme depuis un téléphone fixe ou mobile)
  • Le portail www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr permet de dialoguer virtuellement avec un des trente-six policiers et gendarmes formés aux violences sexuelles et conjugales. L’objectif : être accompagné dans ses démarches. Si besoin, un rendez-vous dans un commissariat est planifié pour déposer une plainte.

Si tu as décidé de porter plainte, essaye de ne pas prendre de douche après l’agression ou le viol. Pense également à conserver, si possible, dans un sac en papier les vêtements et le linge souillés qui pourront éventuellement servir en tant que preuves et à identifier l’agresseur.

Des sites pour en savoir plus :

stop-violences-femmes.gouv.fr/

stop-harcelement-sexuel.gouv.fr/

Que prévoit la loi ?

Les victimes mineures peuvent porter plainte jusqu’à 30 ans à compter de leur majorité (c’est-à-dire jusqu’à leur 48 ans) pour les crimes (viols) et jusqu’à 10 ans à compter de leur majorité pour les délits (agressions sexuelles). Si tu avais moins de 15 ans au moment des faits, ce délai est de 20 ans.

Les victimes majeures ont 10 ans, à compter de la date des faits, pour porter plainte en cas de viol et 3 ans s’agissant des agressions sexuelles.

Les violences conjugales

Les femmes représentent 86% des victimes de violences dans le couple. Cela peut être des violences physiques ou/et psychologiques.

En France, une femme meurt tous les 3 jours victime de son compagnon ou ex-compagnon (130 femmes tuées en 2017).

  • tu peux en parler à un·e proche ou à des professionnel·le·s. Être écouté·e et accompagné·e peut t’aider à comprendre ce qui arrive, à rompre ton isolement,  et peut être à organiser la suite, par exemple si tu as décidé de quitter l’auteur des violences ;
  • si tu ne sais pas vers qui te tourner, tu peux contacter Violence Femmes Info au 3919. C’est gratuit et anonyme. Tu pourras y trouver une oreille attentive, des conseils et contacts pour tes démarches ;
  • il est aussi possible de porter plainte. La loi prévoit des sanctions pénales contre les auteurs de violences au sein d’un couple. Elle peut aussi mettre les victimes à l’abri grâce à une ordonnance de protection. L’auteur des violences pourra demander une aide psychologique pour être accompagné·e dans un changement de comportement.

Pour trouver une association locale d’aide aux victimes de violences, tu peux consulter la cartographie dans la catégorie “violences”.

Les violences sur mineur·e·s

En France, la justice condamne tout acte de violence exercé sur une personne mineure (âgée de moins de 18 ans) y compris s’il s’agit d’un membre de ta famille ou de toute personne connue.

Que faire si je suis victime ou menacé·e de violence ou d’atteinte sexuelle ?

Tu peux en parler :

  • à un·e adulte de confiance (un·e ami, un membre de ta famille,…) ;
  • à l’infirmièr·e de l’école ou à un·e professeur·e que tu aimes bien ;
  • dans un centre ou tu peux être entendu.e : maison des adolescents, centre de planning familial,… ;
  • à un·e médecin que tu as l’habitude de voir ;
  • à la police ;
  • en appelant le numéro de téléphone d’écoute Enfance en Danger au 119.

Ces personnes pourront t’écouter et t’accompagner.

Que faire si on veut m’imposer un mariage ?

S’il n’est pas possible de faire entendre ton opposition à ce mariage, et que tu n’as pas d’aide dans ton entourage, tu peux faire appel à des professionnel·le·s ou des associations. Consulte le site mariageforce.fr ou appelle le 39 19.

LGBTphobie

Connaître tes droits

Tout acte de violence, insulte ou discrimination commis sur une personne du fait de son orientation LGBT est punissable.

Tu ne sais pas quoi faire en cas d’agression, d’insulte, de refus d’accès au soin ?

Tu veux connaître tes droits en matière de concubinage, de Pacs ou de mariage ?

Un guide pratique a été édité pour cela par l’association SOS Homophobie :

https://www.sos-homophobie.org/guide-pratique

Conçu autour de 37 fiches pratiques, cet ouvrage couvre différentes situations juridiques (accès au soin, divorce, dons du sang, discriminations, harcèlement, etc.) expliquées en termes simples.

Écoute et conseil

Il existe également une ligne d’écoute dédiée aux agressions LGTBphobes : https://www.sos-homophobie.org/

Ils·elles te fourniront du soutien, et des informations si tu veux porter plainte.

Tu peux également te rendre dans une permanence gratuite d’un centre de planning familial où tu pourras trouver écoute et orientations.

La transphobie

Vivre dans un genre différent de celui qui nous a été assigné à la naissance est quelque chose qui est souvent jugé comme bizarre, anormal, mauvais… Entendre ces jugements et savoir qu’ils existent peut faire mal, faire perdre confiance en soi, en ses désirs.

La représentation selon laquelle on doit se vivre en adéquation avec le genre qui nous a été assigné à la naissance et que donc les personne trans ne devrait pas être trans, est une représentation transphobe. C’est une représentation qui ne fait pas droit à l’existence de personne trans.

La transphobie c’est toutes violences et les marques de rejet contre des personnes trans. Elle peut être exercée par des proches, des inconnu.e.s, des professionnel.les, des institutions (comme celles médicales ou étatique)

La communauté LGBT

Pour se donner des forces face aux violences transphobes, se soutenir dans des coming out, partager des ressources autour de la transition, de nombreuses associations communautaires ont été créées par des personnes trans.

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’annuaire de la coordination LGBTQI te permet de trouver des contacts. Par exemple, l’association transat ou les temps de rencontres T-Time à Marseille.

Le site “C’est comme ça” offre des ressources en ligne pour les jeunes LGBT : http://www.cestcommeca.net/documents/doc-ant-si-mon-genre-metait-conte.pdf

Tes questions

A partir de quand peut-on dire qu’on a été victime de viol ?

On a été victime de viol quand on a vécu un acte de pénétration (anale, vaginale ou buccale) commis sans notre consentement. A partir du…

On a été victime de viol quand on a vécu un acte de pénétration (anale, vaginale ou buccale) commis sans notre consentement. A partir du moment où tu ne voulais pas être pénétré·e mais que tu t’es senti·e obligé·e, tu as subi un viol. Et c’est toi seul·e qui peux savoir si tu étais d’accord ou si tu n’étais pas d’accord pour cette pénétration. Tu peux par exemple avoir subi un viol sans avoir dit « non ». Ce n’est alors, bien sûr, pas de ta faute. C’est la personne qui t’a agressé·e qui aurait dû s’assurer de ton consentement !

Pourtant, aujourd’hui en France, la loi ne dit pas qu’il faut s’assurer du consentement d’autrui pour tout acte de pénétration. La loi dit que pour être reconnu·e en tant que victime de viol il faut pouvoir prouver que la pénétration a été commise « par violence, contrainte, menace ou surprise ». Si tu es victime et que tu veux que le viol que tu as subi soit reconnu par la justice, tu auras donc à prouver qu’il y a eu un de ces éléments. Par exemple, si tu as subi une pénétration pendant ton sommeil, la surprise pourra être reconnue comme le moyen employé par l’auteur pour imposer sa volonté. Il faudra donc la prouver.

Si la justice ne reconnait pas que tu as été victime de viol, ça ne veut pas dire que tu n’as pas subi de viol, mais que le/la juge estime qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments de preuves. C’est alors la présomption d’innocence de l’auteur qui l’emporte.

Parler à des professionnel·le·s pourra peut-être t’aider à mettre des mots sur ce qui s’est passé pour toi, réfléchir à ce dont tu as besoin et t’accompagner dans les démarches avec la justice. Il existe des endroits où tu peux parler anonymement et être écouté·e sans être jugé·e. Les centres de Planning Familial de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur sont à ton écoute pour t’aider à avancer sur simple visite, rendez-vous ou par téléphone au 0 800 08 11 11 (appel anonyme et gratuit).

Peut-on porter plainte si on n’est pas consentant·e ?

Tout à fait, tu peux porter plainte si tu n’as pas été consentant·e à une pratique sexuelle, c’est-à-dire si on te l’a imposée alors que…

Tout à fait, tu peux porter plainte si tu n’as pas été consentant·e à une pratique sexuelle, c’est-à-dire si on te l’a imposée alors que tu n’en avais pas envie. On appelle ça une violence sexuelle et c’est puni par la loi. Les violences sexuelles, ça comprend les agressions sexuelles (attouchements, viol s’il y a pénétration, etc.) mais aussi les violences sans contact physique comme le harcèlement sexuel, l’exhibitionnisme ou encore le « revenge porn » (la diffusion de vidéos sexuelles sans l’accord de la personne). Dans toutes ces situations, le consentement est absent : la personne qui est victime n’a pas choisi librement de vivre cette pratique. Il est donc possible de porter plainte, afin de faire reconnaître son agression par la justice. Cela peut aider à se sentir entendu·e, considéré·e, et peut-être réduire les risques que l’agresseur·se commette de nouvelles violences.

Mais porter plainte, ce n’est pas toujours facile. Cela demande du temps et de l’énergie. Cela implique aussi de mettre des mots sur un vécu parfois douloureux face à des personnes qu’on ne connaît pas, sans être sûr.e que l’agression qu’on a subie soit reconnue par la police et/ou la justice… Au tribunal, prouver le non-consentement peut être difficile car c’est très souvent la parole de la victime face à celle de l’agresseur·se. C’est pourquoi il est bienvenu d’être soutenu·e par des proches et/ou par des professionnel·les avant, pendant et après la plainte. Des associations d’aide aux victimes accueillent gratuitement les personnes ayant subi des violences pour aider à préparer le dépôt de plainte, conseiller et accompagner dans les démarches avec la justice. Si tu es concerné·e par des violences, peu importe ta décision de porter plainte ou non, n’hésite pas à t’adresser à elles et/ou à demander de l’aide autour de toi auprès de quelqu’un·e qui te croit, t’écoute et te soutient.