Face aux risques de transmission de maladies sexuellement transmissibles (IST et SIDA) lors d’un rapport, il est possible de se faire dépister. On t’explique comment ça se passe et où tu peux aller.

Au moins 7 bonnes raisons de  faire un dépistage :

  • tu as des partenaires occasionnel·le·s ou à risque ;
  • la plupart des IST se soignent facilement et efficacement si elles sont détectées rapidement ;
  • une IST fragilise souvent les muqueuses génitales et favorise ainsi le risque de la transmettre ou d’en attraper une autre ;
  • certaines personnes ne se considèrent pas à risque (en raison de leur âge, de leur mode de sexualité…) et ne se dépistent pas. On estime que 50 000 personnes en France ignorent qu’elles sont séropositives. Elles ne sont pas suivies et peuvent transmettre le VIH ;
  • toi et ton·ta partenaire avez une relation stable et que vous ne souhaitez plus mettre de préservatif. Le test doit alors être négatif pour vous deux ;
  • tu veux donner ton sang, ton sperme, ton lait, un organe ;
  • tu as besoin d’être rassuré·e.

Où se faire dépister ?

  • dans un Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) ;
  • mais aussi dans un centre de planning familial ;
  • ou encore dans les centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) ;
  • dans un laboratoire d’analyses médicales ;    
  • auprès de certaines associations de lutte contre le SIDA (AIDES, …) qui proposent un test rapide.

Trouves tous les centres de dépistage en région Provence-Alpes-Côte d’Azur sur notre carte dans la catégorie IST et SIDA.

Un dépistage, combien ça coûte ?

C’est gratuit dans les CeGIDD, les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic.

C’est remboursé à 100% par l’Assurance maladie partout ailleurs, sur présentation d’une ordonnance.

Comment ça se passe ?

Le test de dépistage se fait en toute confidentialité. Tu peux même demander à ce qu’il reste anonyme, même si tu es mineur·e.

Le type de test dépend de l’IST suspectée. Il peut s’agir :

  • d’un test urinaire ;
  • ou encore d’un prélèvement de sang ;
  • mais aussi d’un prélèvement de sécrétion vaginale pour les filles ou urétrale pour les garçons ;
  • ou d’une observation à l’œil nu des symptômes.

Il est possible de dépister plusieurs IST en une seule fois. Le résultat est communiqué quelques jours plus tard.

VIH, comment avoir un résultat rapidement ?

Tu crains d’avoir été exposé·e au VIH, tu t’inquiètes et tu voudrais être fixé·e rapidement.

Le test rapide d’orientation diagnostique (TROD) est réalisé dans un CeGIDD et dans certaines associations (AIDES…) à partir d’une goutte de sang prélevée au bout du doigt.

Le résultat est disponible en quelques minutes. S’il est positif, cela signifie que tu as une très forte suspicion d’infection par le VIH. Un prélèvement sanguin de confirmation devra toutefois être effectué.

Si tu le souhaites, tu seras accompagné·e dans ces démarches pour pouvoir bénéficier au plus tôt d’une prise en charge.

Il existe désormais des autotests, à faire à domicile. Ils fonctionnent sur le même principe que le TROD. Ils sont disponibles en pharmacie ou sur Internet.

Positif / négatif, je suis infecté·e ou pas ?

Un test avec un résultat positif indique que tu es séropositif·ve, donc infecté·e.

Un test négatif indique que tu n’es pas infecté·e.

Quand se faire dépister ?

Tu as eu un rapport à risque. Inutile de filer immédiatement faire un test de dépistage.

Une IST n’est jamais visible immédiatement. Il y a un temps d’incubation durant lequel le test sera toujours négatif, même si tu as été infecté·e.

Pour te faire dépister et avoir un résultat fiable, il faut attendre parfois quelques semaines après le rapport à risque.

Les délais sont variables selon les IST :

  • Gonorrhée : 7 jours ;
  • Chlamydia : 2 semaines ;
  • Syphilis : 6 semaines ;
  • Vaginite à Trichomonas : 6 semaines
  • Hépatite B : 8 semaines.

Pour l’herpès génital, fais-toi dépister uniquement en cas d’éruption douloureuse.

Concernant le VIH, le premier test sanguin est fiable 6 semaines après le rapport non protégé. Il est confirmé 3 mois après le dernier rapport à risque.

Les tests rapides et autotests ne détectent le VIH que 12 semaines après l’infection.

En attendant de connaître les résultats, il est préférable de se protéger avec un préservatif.

Tes questions

Mon copain ne veut pas mettre de préservatif, qu’est-ce que je peux faire ?

Le mieux est d’en discuter ensemble pour trouver une solution. Il trouve que ça le serre ? Il peut essayer d’autres tailles de préservatifs. Il…

Le mieux est d’en discuter ensemble pour trouver une solution. Il trouve que ça le serre ? Il peut essayer d’autres tailles de préservatifs. Il a moins de sensations ? Essayez des capotes texturées ou nervurées ! Cela permet de varier les sensations ;-). Un problème d’allergie ? Il en existe en polyuréthane et vous pouvez aussi essayer les préservatifs féminins (internes) !

J’ai honte d’avoir une infection sexuellement transmissible, à qui puis-je en parler ?

Les CeGIDD (Les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic) et les centres de planning familial sont des lieux confidentiels et gratuits pour le…

Les CeGIDD (Les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic) et les centres de planning familial sont des lieux confidentiels et gratuits pour le diagnostic et le traitement des IST. Tu pourras y rencontrer des professionnel·le·s avec qui en parler sans être jugé·e. Tu habites à Aix-en-Provence et tu veux trouver le centre le plus proche de chez toi, consulte notre carte interactive. Tu peux aussi appeler le 0800 08 11 11 pour plus d’informations.