Quand tu entends parler de pédophiles, on parle d’adultes qui ont des attirances sexuelles pour des enfants. Si tu as moins de 15 ans, tu peux être victime de violences sexuelles de la part d’un·e adulte. Elles peuvent prendre différentes formes :

  • conversations à caractère sexuel ou pornographique ;
  • baiser ;
  • caresses sur le sexe ou les fesses ;
  • propositions via Internet ;
  • photos pornographiques ;
  • relations sexuelles avec pénétration.

Dans ces cas, l’adulte se rend coupable d’agression sexuelle ou de viol .

Parfois tu peux être sous le charme ou sous l’autorité de la personne qui agresse et ne pas voir de violence mais ressentir de la gêne.

Cela peut venir de quelqu’un de ta famille ou d’un·e proche. Malheureusement, ces cas sont les plus fréquents. Il arrive parfois que ce soit un professeur, un éducateur, un entraîneur sportif, un prêtre, une personne qui te contacte par Internet.

L’adulte va demander à ce que tout reste secret car il sait que ce qu’il fait est interdit. Les agresseurs sont le plus souvent des hommes mais une femme peut aussi être agresseure ou être au courant et ne rien dire.

En France, un adulte de plus de 18 ans n’a pas le droit d’avoir des relations sexuelles avec un·e enfant de moins de 15 ans.

Toute personne qui a connaissance d’une agression sur un·e mineur·e est obligée de la signaler à la police.

Que faire si tu es victime d’agression sexuelle ?

Dans tous les cas, souviens toi que :

  • tu n’es pas responsable de ce qui arrive ;
  • en tant que mineur·e, la loi te protège ;
  • les adultes, même s’ils ont de l’autorité sur toi et que tu leur fais confiance, peuvent avoir des comportements criminels ;
  • tu peux demander de l’aide à un·e proche ou à un·e professionnel·le en contactant le 119 (numéro pour l’Enfance en danger) ou  le 0800 08 11 11 (numéro vert IVG contraception).

Si un·e adulte te caresse ou te viole régulièrement et que tu n’oses rien lui dire

  • dans un premier temps, essaie d’éviter les contacts ou les rencontres seul·e à seul·e avec l’adulte qui te fait du mal ;
  • parles en avec quelqu’un·e de confiance : à l’école (prof , maître, maîtresse), l’infirmièr·e ou la direction de l’école. Tu peux aussi en parler à un·e adulte que tu connais, un·e camarade, tes parents ;
  • tu crains de ne pas être écouté·e ou soutenu·e. Les personnes à qui tu as parlé te disent de te taire ou te demandent de rester discret·e. Tu peux appeler le 119 ou aller dans un commissariat de police.

Si tu n’as pas pu en parler et que tu n’as pas porté plainte, tu peux le faire jusqu’à tes 48 ans.

Dans le cas où quelqu’un·e que tu ne connais pas essaie de prendre contact avec toi sur Internet et souhaite te rencontrer, ne répond pas à ses messages. Ne va jamais le rencontrer. N’hésite pas à consulter nos conseils pour naviguer sur Internet en toute sécurité.