Préservatif, retrait, stérilisation… En as-tu déjà entendu parler ? On y pense moins souvent, et pourtant les garçons ont eux aussi à leur disposition plusieurs moyens de contraception. Le préservatif masculin (interne, slim) est le plus utilisé. Il reste un moyen pour réduire fortement une grossesse mais aussi une infection sexuellement transmissible (IST). Cependant, il arrive parfois que des hommes ne puissent pas mettre de préservatif, à cause d’allergies par exemple ou que les partenaires n’aient plus envie de l’utiliser. Il existe d’autres moyens…

Ma copine prend la pilule, pourquoi j’utiliserais un moyen de contraception ?

Prendre un moyen de contraception te permet de maîtriser ta fécondité. Les conséquences d’une grossesse non prévue te concernent en effet tout autant. Selon la loi, tu en es responsable de la même manière. Alors si tu n’as pas envie d’avoir un enfant, penses-y !

C’est vrai qu’en majorité ce sont les filles qui supportent seules la responsabilité de la contraception, pourtant elle peut être partagée et décidée à deux. Certaines filles, pour des raisons de santé, ne peuvent pas prendre la pilule ni mettre de stérilet. Certaines ne le souhaitent simplement pas. Tu peux aussi t’impliquer dans la contraception féminine : aider ta copine à penser à prendre sa pilule,  participer au coût si c’est une méthode non remboursée, etc. A toi d’en parler avec ta partenaire.

Quels moyens de contraception utiliser ?

Le préservatif externe/slim

Le préservatif ou la capote, est généralement en latex et se déroule sur le pénis. Il empêche le passage des spermatozoïdes dans le vagin puis dans l’utérus, donc pas de grossesse possible. Tous les garçons peuvent utiliser un préservatif. Il existe même des modèles spécifiques pour ceux allergiques au latex.

Où se procurer un préservatif ?

C’est facile ! Tu en trouveras en grandes surfaces, en pharmacies, dans des distributeurs, à l’infirmerie de l’école, au planning familial… Pas besoin d’ordonnance. Il ne coûte pas cher, il est même souvent distribué gratuitement.

Les préservatifs sont aussi remboursés s’ils ont été prescrits sur ordonnance à tout garçon ou toute fille qui en fait la demande, et l’ordonnance est renouvelable pour une année.

Dans le Pass santé jeunes de la Région Sud tu trouveras un chèque de 20 euros pour acheter des préservatifs. Il est gratuit et tu peux te le procurer ici.

Le préservatif est un moyen de contraception efficace à condition de respecter quelques règles :

  • ouvrir le sachet délicatement (évite de le faire avec les dents) ;
  • le mettre soigneusement (n’hésite pas à t’entraîner) ;
  • le changer à chaque rapport ;
  • l’enlever aussitôt après l’éjaculation.

Si le préservatif gêne, ou irrite ta partenaire… pour pouvez utiliser un lubrifiant à base d’eau qui rend le rapport plus agréable et évite que le préservatif craque !

A savoir : le préservatif est un moyen de contraception qui réduit fortement les risques d’infections sexuellement transmissibles (IST) comme le VIH (sida), l’hépatite B, la candidose, la chlamydiose…

Le préservatif interne mis sur le pénis

Il est beaucoup plus rapide et simple d’utilisation que le préservatif « masculin » (du moins quand on le pose sur le pénis) : pas besoin de pincer le réservoir ni de faire attention aux bulles d’air, pas de risque qu’il se déchire ni de le mettre à l’envers, pas d’allergie, et en plus il n’est pas trop serré !

Comment l’utiliser ?

Enlever l’anneau qui est à l’intérieur du préservatif et le jeter. Mettre le préservatif sur le pénis ou le godemichet. La pénétration peut avoir lieu immédiatement. Au début de la pénétration le préservatif faire un peu de bruit. Au bout de quelques instants, avec les frottements et la chaleur le préservatif va se coller aux parois du vagin ou de l’anus et ne fera plus de bruit.

Si le pénis ou le godemichet se retire complètement du vagin ou de l’anus le préservatif reste dans l’orifice. S’il y a à nouveau pénétration il faut veiller à tenir l’anneau extérieur pour que le pénis ou le godemichet entre bien dans le préservatif et non pas à côté.

Pour le retrait du préservatif, tourner l’anneau extérieur pour le fermer (ça évite que le sperme ne s’écoule à côté) avant de tirer doucement sur l’anneau extérieur pour sortir le préservatif.

Fermer le préservatif en faisant un nœud et le jeter à la poubelle. Ce préservatif présente l’avantage de pouvoir être utilisé avec un·e même partenaire sans être retiré lors de plusieurs rapports sexuels rapprochés et dans le même moment.

Son coût varie autour d’1,50 euro l’unité. Il est encore rare dans le commerce : il faut souvent le commander en pharmacie. Il est par contre disponible gratuitement dans la plupart des CEGIDD et des CPEF.

Tu peux te retirer avant d’éjaculer, ça réduit les risques

Si tu reconnais bien les signes avant l’éjaculation, cette méthode de contraception a l’avantage d’être gratuite et disponible en toute circonstance. Elle est efficace à 78% (la pilule est efficace à 91% et le DIU à 99%) pour éviter une grossesse. C’est donc un moyen de réduire fortement les risques de grossesse, mais pas complètement, attention ! C’est une des méthodes les plus utilisées au monde.

Ce qui peut la rendre moins efficace :

  • il y a parfois des spermatozoïdes dans le liquide pré-séminal, c’est-à-dire le liquide produit pendant l’excitation sexuelle. Si tu as éjaculé peu de temps avant, il peut rester du sperme dans ton urètre et il se retrouvera dans le liquide pré-séminal. Si tu urines avant le rapport sexuel, le sperme resté dans l’urètre sera évacué ;
  • parfois, on n’est pas capable d’anticiper et de ressentir les signes de son éjaculation. Notamment les premières fois qu’on utilise cette méthode.

La vasectomie, ou stérilisation

Pour les hommes, la stérilisation ça s’appelle la vasectomie. C’est une méthode qui est bien plus utilisée dans d’autres pays qu’en France. On compte 0,8% d’hommes vasectomisés en France, contre 21% au Royaume-Uni par exemple, selon les chiffres des Nations-Unies.

La vasectomie est une opération sous anesthésie locale pratiquée par un·e urologue. Il faut moins de 15 minutes pour ligaturer ou couper les canaux par lesquels passent les spermatozoïdes. Avant de prendre sa décision, le délai légal de réflexion est de 4 mois. A savoir : la création de sperme dure 3 mois, il faut donc souvent attendre 3 mois avant que la vasectomie ne soit efficace.

Rien à voir avec une castration. La vasectomie ne diminue ni ta virilité ni ton désir sexuel. Elle ne t’empêchera même pas d’éjaculer : en effet, les spermatozoïdes ne constituent qu’une très petite part du liquide éjaculé. Elle n’a aucun impact sur l’éjaculation, sur l’érection du pénis et sur la durée de l’érection et n’impacte pas le plaisir sexuel…

La vasectomie est une contraception définitive mais :

  • avant l’opération, le sperme peut être conservé pour une éventuelle procréation médicalement assistée ;
  • la réparation chirurgicale est possible, c’est à dire l’annulation de la vasectomie. Mais c’est une opération plus délicate. Dans les pays où elle est pratiquée couramment, elle est effective dans 80% des cas et suivie de grossesse dans 50% des cas.

Deux autres possibilités de contraception mais encore peu connues et peu accessibles

Ces traitements ont pour objectif de bloquer la production des spermatozoïdes.

L’injection hormonale

Le traitement hormonal s’injecte une fois par semaine. L’injection est réalisée dans une fesse ou une cuisse. Tu peux te faire la piqure toi-même. La contraception hormonale est parfaitement réversible. La fécondité peut se rétablir dès le premier mois suivant l’arrêt du traitement.

Les effets indésirables sont rares, nettement plus rares que les effets indésirables des femmes sous pilule.

Le traitement peut provoquer des troubles de l’humeur et une exacerbation de la libido.

L’injection est encore peu prescrite mais certains professionnel·le·s le font. N’hésitez pas à appeler le numéro vert IVG Contraception 0800 08 11 11 pour obtenir des informations et des coordonnées de professionnel·le·s proche de chez vous.

Contraception thermique, slip chauffant et anneau

– Le slip chauffant

Le slip est fait exprès pour bloquer la formation des spermatozoïdes en maintenant les testicules à l’intérieur du corps, où la température est plus élevée.

Tu peux le retirer quand tu le souhaites et tu n’es pas obligé de porter le slip pendant 15 heures d’affilée. Tu peux le mettre, l’enlever pour avoir un rapport sexuel ou te baigner par exemple, puis le remettre.

Cette méthode est efficace après trois mois et elle est réversible en 6 à 9 mois. Son utilisation est limitée à 4 ans car il y aurait des risques de stérilité au-delà. Elle reste peu connue et peu diffusée. Une seule entreprise en fabrique actuellement.

– L’anneau

L’anneau maintient les testicules dans les canaux inguinaux (passage du cordon testiculaire) plus de 15 heures par jour. C’est une méthode réversible qui offre une alternative à la vasectomie et au préservatif.

  • la plupart du temps, il est conseillé de le porter la journée ;
  • tu peux le laver, ou le stériliser ;
  • tu peux le porter même en érection ;
  • il aurait moins de risques d’effets secondaires que le slip.

N’hésite pas en parler dans un centre de planning familial ou au numéro vert régional, l’appel est gratuit 0800 08 11 11.

Tes questions

C’est vrai qu’il existe un anneau contraceptif pour les garçons ?

Oui, c’est tout à fait vrai ! Cet anneau s’appelle Andro-switch et il s’agit d’une contraception masculine thermique. Habituellement, tes testicules se logent dans les…

Oui, c’est tout à fait vrai ! Cet anneau s’appelle Andro-switch et il s’agit d’une contraception masculine thermique. Habituellement, tes testicules se logent dans les bourses aussi appelées le scrotum. Dans cette position basse, tes testicules sont maintenues à environ 35°. En glissant ton pénis et tes bourses dans l’anneau en silicone cela fait remonter automatiquement tes testicules et les plaquent contre ton corps. Elles seront donc en position « haute » et leur température atteindra environ 37°. C’est cette légère augmentation de 2° qui va quasiment stopper la production de spermatozoïdes et donc empêcher des grossesses non désirées.

ATTENTION ! Pour que l’effet contraceptif de l’anneau fonctionne, il faut que tu le portes 15h/jour, 7 jours sur 7 et que les trois premiers mois, tu te protèges avec une autre contraception.

Bien que tu puisses te le procurer sans ordonnance, il faut tout de même te faire accompagner par un·e médecin, faire un bilan de santé et des spermogrammes réguliers. Il est pour l’instant destiné aux personnes majeures. Porter l’anneau ne fait pas mal, dès qu’il est enlevé la production de spermatozoïdes reprend. C’est écologique, économique (37€ pièce), alors pourquoi ne pas l’adopter ?

Tu trouveras plus d’informations et des vidéos sur le site https://thoreme.com/ (attention : la vidéo de démonstration de la pose de l’anneau est faite sur un « vrai » sexe).

Quel est le moyen de contraception le plus fiable ?

Les études sur l’efficacité des méthodes contraceptives montrent qu’en théorie les moyens les plus fiables (à plus de 98%) de se protéger d’une grossesse non…

Les études sur l’efficacité des méthodes contraceptives montrent qu’en théorie les moyens les plus fiables (à plus de 98%) de se protéger d’une grossesse non désirée sont : la contraception dite définitive (vasectomie ou ligature des trompes), les dispositifs intra utérins (DIU) aussi appelés stérilets, les implants, les pilules, les patchs, les anneaux vaginaux, la méthode MAMA (allaitement), la sympto-thermie moderne et les préservatifs externes / masculins.

Ces mêmes études montrent qu’en pratique, c’est un peu différent,… Et oui ! Dans la vie, il peut en effet arriver que tu oublies un comprimé de pilule ou qu’un préservatif se déchire, faisant ainsi baisser l’efficacité moyenne de ces méthodes respectivement à 90% et à 85 %. Toujours selon les statistiques, en pratique, les contraceptifs les plus fiables (à plus de 99%) sont la contraception définitive, l’implant et les dispositifs intra-utérins.

Mais la fiabilité d’une méthode contraceptive dépend surtout de toi, de la manière dont tu te l’appropries. Il se peut par exemple que tu te sentes très à l’aise avec la manipulation nécessaire à la pose d’un diaphragme et que tu sois par ailleurs tête en l’air, incapable de penser à la prise d’un comprimé de pilule au quotidien. En théorie, c’est la pilule qui est plus efficace que le diaphragme (99% contre 94%) mais en pratique pour toi, ça peut-être le contraire.

N’hésite pas à solliciter des professionnel·le·s (conseiller·e d’un centre de planning familial, sage-femme, etc.) pour t’aider à trouver une méthode de contraception qui convienne à ton tempérament, tes valeurs, ta sexualité, ton mode de vie, etc. Le choix peut s’avérer complexe, d’autant que l’efficacité n’est pas forcément le seul critère important pour toi : discrétion, gratuité, charge mentale, impact au niveau de la relation ou de l’environnement, autonomie vis-à-vis des soignant·es, accessibilité, rapport au corps, etc.

Un moyen fiable, c’est un moyen sur lequel tu peux compter… et toi seul·e sait ce qui compte pour toi !