Faire une Interruption volontaire de grossesse (IVG) n’est ni traumatisant ni banal : c’est une décision que chacune ressentira différemment en fonction du contexte et de son propre parcours.

C’est quoi une IVG ?

L’interruption volontaire de grossesse (IVG), ou avortement, est légale en France depuis 1975. Elle est pratiquée par des médecins dans des conditions qui ne mettent pas en danger la santé des femmes. Pratiquer une IVG ne t’empêchera pas de vivre une autre grossesse plus tard, quand tu te sentiras prête, que ce sera le bon moment pour toi.

Deux méthodes d’IVG

Il existe deux méthodes pour pratiquer une IVG. Elles dépendent de la date de début de grossesse. Cette date se calcule en semaines d’aménorrhée (SA), c’est-à-dire d’absence de règles, et se calcule à partir du premier jour des dernières règles :

  • la méthode médicamenteuse est possible jusqu’à la 9ème semaine d’aménorrhée (SA) ;
  • la méthode par aspiration ou instrumentale est possible jusqu’à la 14ème semaine d’aménorrhée (SA).

Chaque méthode présente des avantages et des inconvénients

Mais toutes les deux sont sans danger pour la santé et la fertilité future de la femme. En début de grossesse, tu peux choisir l’une ou l’autre. Mais il est parfois difficile d’obtenir un rendez-vous à cause des calendriers chargés des établissements. Certains hôpitaux n’appliquent pas les délais légaux et ne pratiquent pas les IVG jusqu’à la 14ème semaine d’aménorrhée.

C’est pourquoi, il est important de s’informer le plus tôt possible. D’autre part, la tendance actuelle des établissements est d’inciter à la méthode médicamenteuse pour des raisons de budget et de place.

Comment ça se passe ? Combien ça coûte ? Et où réaliser une IVG ?

Des conseiller·e·s peuvent t’aider à calculer les délais, te donner des adresses pour faire une IVG et t’accompagner dans ta réflexion et ta démarche au Numéro vert  IVG CONTRACEPTION 0 800 08 11 11.

La méthode médicamenteuse

Comment ça se passe une IVG médicamenteuse ?

1.  Le premier rendez-vous consiste en une demande d’IVG avec un·e médecin ou un·e sage-femme. Cet·te professionnel·le soignant·e t’informera sur les deux méthodes d’IVG et pourra également procéder à un examen clinique. Il ou elle pourra également proposer d’effectuer un dépistage des IST.

2. Lors du second rendez-vous, tu seras amenée à prendre trois comprimés (de mifépristone) en présence d’un·e médecin ou sage-femme pour arrêter la grossesse.

3. 2 jours plus tard, prise d’un comprimé de misoprostol, pour stimuler la contraction de l’utérus et provoquer l’expulsion de son contenu sous forme de saignements plus ou moins douloureux et importants selon les personnes. Cette prise peut se faire aussi bien chez soi (si la grossesse est de moins de 7 semaines d’aménorrhée) qu’en hospitalisation.

4. 2 à 3 semaines après : une consultation de contrôle est indispensable pour vérifier l’efficacité de l’IVG et proposer une contraception adaptée. C’est un examen médical accompagné d’une prise de sang ou d’une échographie.

Où aller pour une IVG médicamenteuse ?

  • en centre de planification ;
  • chez certain·e·s médecins ou sages-femmes de ville ;
  • à l’hôpital.

Jusqu’à quand l’IVG médicamenteuse peut-elle se faire ?

L’IVG médicamenteuse peut se pratiquer dès les premiers jours de retard des règles et jusqu’à 7 semaines d’aménorrhée (chez certain·e·s médecins et centres de planification) et jusqu’à 9 semaines d’aménorrhée à l’hôpital.

Éventuels effets secondaires ?

  • saignements possibles pendant 10 à 20 jours après l’expulsion du sac utérin. Ils peuvent parfois être prolongés (jusqu’à 60 jours) ;
  • nausées ;
  • vertiges ;
  • fatigue.

Peut-on avorter sans le dire à ses parents si l’on est mineure ?

Si une personne mineure veut garder le secret de son IVG vis-à-vis de ses parents ou en l’absence de consentement des parents, c’est possible. Pour cela, elle devra être accompagnée par une personne majeure de son choix, en qui elle a confiance, appelée « personne référente ». Cette personne peut être :

  • un·e partenaire s’il·elle est majeur·e ;
  • un·e ami·e ;
  • un membre de sa famille ;
  • un·e professionnel·le socio-éducatif·ve ou professionnel·le de santé…

L’identité de cette personne majeure est aussi couverte par le secret.

Combien coûte une IVG médicamenteuse ?

Le rendez-vous chez le ou la médecin et l’intervention sont intégralement pris en charge pour les mineures. Par contre, les majeures avancent le 1er rendez-vous chez le ou la médecin. Elles peuvent se faire rembourser par la suite. L’intervention reste intégralement prise en charge par l’Assurance Maladie, sans avance.

Il peut encore arriver que des médecins n’arrivent pas à codifier tous les actes pour que les patientes soient remboursées à 100%. Ils ou elles peuvent appeler le 0800 08 11 11 pour se renseigner.

2. La méthode par aspiration ou instrumentale

Comment ça se passe l’IVG par aspiration ?

1. Le premier rendez-vous consiste en une demande d’IVG avec un·e médecin ou un·e sage-femme. Cet·te professionnel·le soignant·e t’informera sur les deux méthodes d’IVG et pourra procéder à un examen clinique. Il ou elle pourra également proposer d’effectuer un dépistage des IST.

2. Lors du second rendez-vous, on réalise des examens (prise de sang, consultation anesthésie) avec des professionnel·le·s de santé.

3. Le troisième rendez-vous consiste en une intervention instrumentale : on aspire le contenu de l’utérus à l’aide d’une canule. L’intervention dure une dizaine de minutes sous anesthésie générale ou locale, une hospitalisation de quelques heures est suffisante.

4. 2 semaines après : une consultation de contrôle est indispensable pour vérifier l’efficacité de l’IVG, ton état physique (pas de fièvre, pas de forts saignements) et te proposer une contraception adaptée.

Où se fait l’IVG par aspiration ?

L’IVG par aspiration se pratique obligatoirement en hôpital ou en clinique.

Jusqu’à quand l’IVG par aspiration peut-elle se faire ?

L’IVG par aspiration se pratique de la 7ème à la 14ème semaine d’aménorrhée (sans règles). L’avortement est légal en France jusqu’à 12 semaines de grossesse.

Quels sont les effets secondaires possibles ?

  • saignements possibles, mais moins que par l’IVG médicamenteuse ;
  • fatigue.

Peut-on avorter sans le dire à ses parents si l’on est mineure ?

Si une personne mineure veut garder le secret de son IVG vis-à-vis de ses parents ou si elle n’obtient pas leur consentement, c’est possible. Elle devra être accompagnée par une personne majeure de son choix, en qui elle a confiance, appelée « personne référente ». Cette personne peut être :

  • le ou la partenaire s’il ou elle est majeur·e ;
  • un·e ami·e ;
  • un membre de sa famille ;
  • un·e professionnel·le socio-éducatif·ve ou professionnel·le de santé…

L’identité de cette personne majeure est aussi couverte par le secret.

Combien coûte une IVG par aspiration ?

  • pour une personne mineure : le rendez-vous chez le médecin et l’intervention sont intégralement pris en charge.
  • pour une personne majeure : le 1er rendez-vous chez le médecin est à avancer puis est remboursé par la suite. L’intervention reste intégralement prise en charge par l’Assurance Maladie, sans avance nécessaire.

Il peut encore arriver que des médecins n’arrivent pas à codifier tous les actes pour un remboursement à 100%. Ils ou elles peuvent appeler le 0800 08 11 11 pour se renseigner.

Tes questions

J’ai 16 ans, est-ce que je peux faire une IVG sans que mes parents le sachent ?

Oui, en France, la loi permet aux mineures d’avorter gratuitement et confidentiellement sans avertir les parents. Tu devras être accompagnée par une personne majeure de…

Oui, en France, la loi permet aux mineures d’avorter gratuitement et confidentiellement sans avertir les parents. Tu devras être accompagnée par une personne majeure de ton choix (un·e ami·e, un professionnel·le…).

Pour savoir où aller ou te faire aider dans les démarches, tu peux en parler à ton infirmière scolaire, te rendre dans un centre de planning familial ou appeler le numéro vert 0800 08 11 11.

Tu habites Antibes, Marseille, Aix-en-Provence, Dignes-les-Bains, Nice ou Gap et tu veux trouver un·e professionnel·le proche de chez toi ? Essaie notre carte interactive.

Je suis enceinte mais je ne veux pas poursuivre ma grossesse, où aller pour faire une IVG ?

Cela dépend de plusieurs facteurs : depuis combien de temps es-tu enceinte ? Es-tu mineure ? As-tu une sécurité sociale ? As-tu dépassé le délai…

Cela dépend de plusieurs facteurs : depuis combien de temps es-tu enceinte ? Es-tu mineure ? As-tu une sécurité sociale ? As-tu dépassé le délai légal pour pratiquer une IVG en France ? Tu habites en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ? Tu es à Arles, Cannes ou Aix-en- Provence ? En consultant notre carte interactive ici, tu trouveras des adresses de professionnel·le·s près de chez toi. Tu peux aussi appeler le numéro vert 0800 08 11 11 pour en parler à un·e conseillèr·e.